8 juil. 2012

Chiran Sencha


Second très joli sachet de sencha 2012 de la boutique o-cha, le Chiran Sencha, encore un fukamushi sencha de Kagoshima. Là encore, pas mal d'informations au dos du sachet, ce qui est assez pratique et évite de retourner sur le site web pour y glaner des informations sur le thé que l'on s'apprête à boire :


Cette fois-ci je me méfie des miettes constitutives de ce sencha, et j'opte pour l'arme absolue en matière de sencha, le shiboridashi de Petr Novak :


A l'ouverture du sachet, c'est - comme pour le Sae Midori - très prometteur : puissante note fruitée, confortablement installée sur un tapis de verdure, le tout dans une atmosphère très fraîche. Bref, c'et plutôt appétissant.


Première infusion : belle liqueur relativement translucide, d'un beau vert brillant. En bouche, c'est plaisant mais relativement terne au niveau des parfums, beaucoup moins intéressant que ce que les feuilles sèches pouvaient laisser espérer. Cela dit c'est tout à fait buvable, moelleux et beurré, sur une grosse base fraîche et végétale. Attention avec ce sencha, il devient rapidement amer, il faut rester mesuré sur le dosage et la température d'infusion...


Plic...

ploc.

La deuxième infusion est clairement plus typée fukamushi sencha, bien trouble, un beau vert qui laisse à peine passer la lumière. Niveau longueur en bouche et parfums, c'est toujours aussi décevant, mais on se console un peu avec la rondeur et le petit côté huileux de cette liqueur qui continue d'être "buvable", sans déclencher un enthousiasme démesuré.


La troisième infusion n'apporte rien de plus, la conclusion est relativement simple et malheureusement en défaveur de ce Chiran Sencha : bof.

5 commentaires:

David a dit…

Superbes photos, particulièrement le plic ploc !

Sinon, ben même opinion sur ce sencha. Rien de transcendantal. Des parfums sympas, et rien de plus. Je me demande si on peut obtenir quelque chose de vraiment correct avec des feuilles réduites ainsi en poudre. Il y a certes le matcha, mais ce n'est pas du tout le même mode de fabrication il me semble.

lionel a dit…

Superbes photos oui...
Ces ustensiles noirs avec cette liqueur jaune translucide vont magnifiquement avec ce petit bout de paysage...finistérien ?

Tanta Meno a dit…

Bonjour,
Liseuse de blog sans jamais laisser de commentaires, j'ai envie d'intervenir aujourd'hui. J'ai juste l'impression, d'après les magnifiques photos, que tu n'as pas assez dosé ce thé. Il t'aurait peut-être donné plus, c'est ce que l'on m'a toujours conseillé avec les fukamushi. Dans le cas de gros dosage, pas de temps d'infusion, on sert immédiatement. Alors évidemment il est fort possible que ce thé ne tienne pas la route tout simplement, vu que tu arrives toujours a sublimer les feuilles qui en valent la peine. Je reste un fidèle lectrice de ton blog qui avec une poignée d'autres sont pour moi un loisir au dessus de tous les autres et une source d'informations précieuses. J'adore ces petites tranches de vie où chacun met toute sa passion et sa fibre, cela me touche beaucoup. Merci pour cela.

Sebastien M a dit…

Merci Tant Meno pour ton petit message !

" tu arrives toujours a sublimer les feuilles qui en valent la peine"

si seulement ! ^^

Thé Tea-Cha a dit…

Très beau shiboridashi, effectivement!
Bonne semaine et bons thés Sébastien.
Ségolène