26 nov. 2012

Da Xue Shan


Premier puerh d'une série assez longue, celle des thés de Lan Ting Cha Chang.
Il s'agit du Da Xue Shan Lao Shu, un puerh brut du printemps de cette année 2012 (le 5 avril). Pour ceux qui me lisent depuis quelques temps, vous aurez sans doute remarqué que Lan Ting Cha Chang, ça ressemble beaucoup à Lan Ting Chun, le producteur déniché par Olivier et dont j'avais déjà parlé à plusieurs reprises. Il s'agit bien du même producteur ; les raisons de ce changement de nom sont assez complexes, et il faudra attendre un prochain d'article de puerh.fr pour avoir davantage d'éléments d'information sur cette histoire à rebondissements.


Pour simplifier, on parlera de LTC, et l'essentiel c'est quand même qu'il produit de superbes puerh du Lincang, à des prix absolument indécents. Rendez-vous compte, une vingtaine d'euros la galette !


Pour en avoir goûté plusieurs (de la série des puerh LTC 2012), je crois pouvoir dire sans trop m'avancer que ce Da Xue Shan est sans doute l'un des meilleurs dans la catégorie des puerh bruts. C'est la troisième fois que je le goûte, et je suis encore cette fois scotché par la qualité de ce puerh.


La galette exhale un parfum très "Lincang", qui me fait irrémédiablement penser à la galette Min Feng 2006 de chez Yong De, avec un surcroît de peps, une énergie toute bulanguesque qui se détecte dès les feuilles sèches. C'est parfumé et puissant à la fois, additionné d'une touche de fumée qui n'a - cette fois - rien à voir avec le faux fumé des puerh issus de théiers sauvages. Bref, ça sent le très bon puerh, et on retrouve tout ça dans la tasse dès les premières infusions.


Pour infuser ce type de jeune sheng, je ne me pose plus aucune question : je remplis très généreusement la théière (sans toutefois faire outrageusement déborder comme avec un maocha), je rince vite fait, et j'infuse court, très court.


Résultat garanti avec ce Da Xue Shan Lao Shu : des liqueurs limpides, éclatantes, pleines de matière, de tenue et de parfums. On en a plein la bouche sans toutefois saturer les papilles, que ce soit par la texture ou les sensations aromatiques, c'est franc sans pour autant manquer de finesse, bref j'adore. Même en essayant d'oublier que ce thé est vendu à environ 5€ / 100g, c'est saisissant.


Que dire de plus ? Que pour couronner le tout ce puerh est endurant (bon, faut dire, vu le dosage...) ? Qu'il délivre une superbe amertume qui structure le tout de la plus belle des manières ? Qu'il est impossible de rater sa préparation ? Que je ne lui trouve aucun défaut ?


Bon, sans faire de prosélytisme, si vous vous intéressez au thé mais que vous n'avez jamais osé mettre un pied dans l'univers des puerh non fermentés, c'est peut-être l'occasion de se lancer. Honnêtement, à ce prix là... On peut facilement trouver beaucoup moins bon, mais c'est plus cher.
Et pour les autres, les toxicos de la feuille brute, ceux qui ont plutôt l'habitude d'acheter des puerh 5 ou 10 fois plus chers que celui-ci, si j'étais à votre place, je n'hésiterais pas bien longtemps :)

6 commentaires:

Olivier a dit…

C'est vrai que la seule chose qu'on pourrait reprocher à ce thé... c'est son prix!

A deux fois le prix ça aurait fait un bon puerh de très bonne qualité avec un excellent rapport qualité/prix... mais à 20 euros pas évident de se décoller de l'image "premier prix"!

Sinon ben vu, c'est je pense aussi la meilleure production 2012 de Zhaiguoting en puerh brut.

Pour la distinction Lan Ting Chun / Lan Ting Cha Chang:

Lan Ting Chun est la marque sous laquelle ces thés sont vendus.

Lan Ting Cha Chang (Usine de thé Lan Ting) est l'usine historique, créer par Zhaiguoting, qui produit ces galettes depuis 1996.

Il est en effet bien de faire la distinction, car un certain nombre de galettes vendu comme Lan Ting Chun sur le marché proviennent d'une autre usine de Yong De: De Hu Cha Chang, et n'ont pas étés conçus par Mr. Zhaiguoting mais par Mme. Hulankun.

Toute l'histoire la dessus ici:
http://www.puerh.fr/article/lan_ting_chun.htm#Hulankun--la-face-cachee-de-Lan-Ting-Chun%C2%A0-

(Et merci pour tes magnifiques photos)

Olivier

David a dit…

Eh bien, en tout cas, ça donne envie ! La photo de la théière et Petr remplie d'écume est splendide !

Anonyme a dit…

Puis-je acheter en ligne?

Sebastien M a dit…

"Puis-je acheter en ligne?"

> pas directement (pas de "boutique en ligne"), mais en passant par là tu devrais pouvoir trouver ton bonheur.

Tsubo Nicolas a dit…

Il est certain que cela fait envie ! Et le feuilleton à la Dallas ( " Kunming, ton univers impitoyable ! " ) décrit par Olivier lui donne une histoire intéressante en plus !
Je vais peut être me laisser tenter ...

Nico a dit…

"On peut facilement trouver beaucoup moins bon, mais c'est plus cher"

J'aime beaucoup cette formule :)

Et merci Sébastien pour la découverte de ce thé et des puerh en général ! Il est vrai que je ne peux encore comparer le Da Xue Shan avec d'autres puerh, mais sa dégustation n'en demeure pas moins des plus plaisantes.

De l'odeur très marquée de la galette ou des feuilles dans le gaiwan (personnellement, cela m'a surtout rappelé une odeur d'épinards frais), à sa dégustation très légère qui procure un agréable moment d'apaisement, ce sont de nouvelles sensations qu'il me tarde de mieux maitriser.

Il me reste à faire une dégustation croisée avec le Min Feng envoyé par Olivier, afin de commencer à apprendre les nuances de chaque puerh :)